Voyage au Népal avec Ailleurs Solidaires : le message de Carole

On ne rencontre pas Ailleurs Solidaires par hasard…ou plutôt si pour ma part. Une envie d’ailleurs, depuis toujours vers l’Asie, m’a conduite certes à la foire de Caen. Là, en sortant de la visite de l’exposition sur le Mekong, la foule m’a poussé sur le stand  de l’association !

Le hasard fait bien les choses dit-on. J’en suis convaincue. J’ai été séduite par les actions en place et l’humanité des responsables et le Népal m’a appelé !

J’aime les gens, j’aime la vie et j’avais besoin de rencontrer des gens qui me ressemblent et qui sont solidaires.. envers les personnes en difficultés (enfants, personnes âgées, personnes en situation de handicap..) envers leurs proches, leurs connaissances et lors de ce beau voyage envers chaque membre du groupe.

Ce n’est pas un voyage ordinaire. La découverte de ce pays magnifique et à la fois magique ne laisse personne indifférent. Ses habitants ont un regard hors du commun, qui étincelle à chaque instant.

Que leur existence soit régulièrement difficile, peu importe, ils nous inondent d’un merveilleux sourire à chaque rencontre et restent philosophes et confiants en la Vie. Chaque épreuve est vécue dans les pensées positives et l’amour des autres. Baignés depuis tout petits sans doute dans un océan lumineux d’énergie hors du commun, être dans la pleine conscience n’est pour eux qu’une habitude de vie.

J’étais venue aider les autres, les pensant dans une grande souffrance. J’ai vu la pauvreté, la maladie, la vieillesse, le handicap, la destruction et j’ai vu, comme jamais si intensément.. la joie, l’amour inconditionnel, la paix intérieure et cela au travers de tous les âges et de la diversité des situations de chacun. Je pourrai écrire un roman tant l’aventure humaine était transcendante. Je vais cependant aborder que quelques aspects, mes compagnons de voyage en ayant déjà bien dévoilé.

Nous avons apporté, le cœur ouvert, aux enfants d’une école située au plus haut des montagnes une multitude de vêtements chauds et chaussures. J’ai été émue par leur accueil chaleureux et leur motivation sans faille à suivre les cours (1h30 de marche matin et soir environ, pas d’eau ni wc, cours dans d’anciennes étables), heureux d’avoir cette chance d’apprendre ! Merci aux parrains pour les aider à vaincre l’ignorance, leur donner ce bonheur d’apprendre et leur permettre d’exister autrement, par la connaissance.

Visiter les personnes âgées réfugiées dans la maison d’Amma que Ailleurs Solidaires a aidée à restaurer m’a beaucoup touché. Entendre cette petite femme si décidée, emplie de courage, persévérance et amour nous exposer son parcours de vie douloureux et sa résilience est selon moi un grand message d’espoir pour tous ceux qui souffrent. Elle a désormais fait de ce refuge qu’elle a créé son moteur de vie rempli d’amour qui la nourrit autant qu’elle nourrit ses pensionnaires, des femmes dont les yeux étincellent encore si fort qu’on en est éblouie et quelques hommes aussi. J’ai été frappée deux fois dans ce lieu de rencontres âme à âme et partir si tôt m’a été difficile. Le jardin qu’elle aménage peu à peu et un nouvel espace pour les hommes sont prometteurs d’avenir encore meilleur pour les résidents et l’aide de nombreux bénévoles venant quotidiennement leur est très profitable.

Les trois jours au monastère m’ont bien plu également. Malgré l’eau froide et le grand froid le soir et la nuit, l’énergie particulière rencontrée est purifiante et la communication le plus souvent non verbale avec les moines apaisante et joyeuse. Ce sentiment de paix intérieure lors des prières du soir m’a donné la motivation de me lever également, comme quelques volontaires du groupe, à 5h du matin, pour accompagner de nouveau ces grands sages, parfois pas plus hauts que trois pommes mais si heureux ! A leurs côtés, j’ai compris l’importance de Bouddha, les enseignements du bouddhisme et y ai vu défiler ma vie, celle de ma famille et d’autres encore peut-être, que sais-je !

J’ai dépassé de nombreuses limites, physiques aussi avec les randonnées notamment qui nous font découvrir un paysage hors du commun et les habitants des villages des montagnes. Enfin, Jean-Frédéric, président investi et radieux, nous fait approcher le fameux détachement.. et nous enrichit de temps de paroles en groupe si précieux en plus des moments de convivialité très joyeux.

Ce voyage touristique pour certains, humanitaire pour la plupart, spirituel parfois s’est avéré également initiatique à mes yeux ; une aventure où l’on se découvre sans doute un peu plus, chacun au niveau du chemin de vie qui nous est propre à l’instant t et nous procure des réponses avec un lâcher prise du mental si aisé dans ce pays qu’il en paraît magique.

Alors, je suis extrêmement reconnaissante au Hasard si je puis dire qui m’a fait rencontré cette belle association porteuse de magnifiques projets, par laquelle j’ai voyagé au-delà de toutes mes espérances, agi en toute humanité, rencontré de très belles personnes dont notre guide Anoj que je qualifierai d’une belle âme, hors du commun à l’avenir très prometteur j’en suis persuadée et pu donner le meilleur de moi-même avec tant de joie et de paix.

Alors, attention, si l’envie vous prend de suivre l’élan, sachez que le retour est particulier : on revient différent, l’atterrissage met bien plus de temps que prévu et rien n’est jamais plus « comme avant ».

A ce jour, je m’émerveille encore, jour après jour, de ce pays transcendant et de cette extraordinaire philosophie de vie qui n’est que leçons de vie pour nous, européens !

Bon voyage à venir à tous:)

Carole

Les commentaires sont fermés